Menu

Trop d’aide humanitaire tue l’aide humanitaire comme trop d’impôts tuent l’impôt.

Rédigé le Vendredi 25 Novembre 2016 à 13:34 | Lu 74 fois


Joëlle Bergeron, au nom du groupe ELDD.


J’ai déjà eu par le passé l’occasion de le dire. Trop d’aide humanitaire tue l’aide humanitaire comme trop d’impôts tuent l’impôt. Il ne sert à rien d’augmenter les budgets à l’aide humanitaire pour les pays en voie de développement si la corruption et la concussion, la gabegie et le népotisme dont souffrent trop de ces pays ne sont pas éradiqués. Les faits sont à cet égard éclatants. Un demi-siècle d’aide au développement et des dizaines de milliards gaspillés n’ont, hélas, nullement amélioré le sort des gens qui en avaient besoin. L’Europe a trop souvent fermé les yeux devant les détournements massifs dont se sont rendus coupables des gérontocrates, qu’ils s’appellent Mobutu ou Mugabe, en abusant de la pitié, de la générosité et de la naïveté des Européens. Oui, il faut saluer dans ce rapport l’appel qui demande aux bénéficiaires de notre aide plus de transparence, de démocratie et de bonne gouvernance. Il ne manquerait plus que cela. Mais ça fait combien de décennies que des hommes politiques lucides lancent cet appel ?  On peut redouter que ces paroles de bonne volonté restent, encore une fois, lettre morte.

Explication de Vote de Joëlle Bergeron sur le rapport Preda A8-0322 2016