Menu

Représentant spécial pour les chrétiens persécutés dans le monde

Rédigé le Mardi 9 Juin 2015 à 17:55 | Lu 32 fois


Question avec demande de réponse écrite à la Commission - Article 130 du règlement
Joëlle Bergeron (EFDD)


L'Union européenne compte actuellement neuf représentants spéciaux pour son action extérieure dans le monde, en particulier dans des zones de conflits.

Depuis plusieurs années, les persécutions contre les chrétiens dans des pays islamiques et totalitaires — en Égypte, en Iraq, en Syrie, en Arabie saoudite, en Chine, en Corée du Nord, dans plusieurs pays africains... — prennent des proportions qui incitent beaucoup d'intellectuels à parler de génocide.

Un livre noir, sorti en 2014, recense la dégradation de la situation des chrétiens dans le monde.

D'après ce livre noir, 150 à 200 millions de chrétiens subissent chaque année une persécution dans le monde à l'heure où le Vatican et le Pape François s'inquiètent publiquement de leur sort au Proche-Orient.

La Vice-présidente/Haute Représentante serait-elle d'accord pour nommer un nouveau représentant spécial qui s'occuperait exclusivement du sort des chrétiens persécutés dans le monde?

Sinon, par quelle action concrète compte-t-elle entreprendre des démarches pour s'attaquer aux graves atteintes aux Droits de l'homme que subissent des millions de chrétiens dans le monde?

Réponse donnée par Mme Mogherini, Haute Représentante/Vice-présidente le 5 janvier 2016
La liberté de religion ou de conviction a été et restera l'une des priorités politiques de l'Union européenne. L'adoption, en juillet dernier par le Conseil «Affaires étrangères», du plan d'action en faveur des Droits de l'homme et de la démocratie, dont une section est consacrée à la liberté de religion ou de conviction, en témoigne. 
La Vice-présidente/Haute Représentante est bien consciente des défis auxquels sont confrontées les minorités religieuses, dont des Chrétiens, et est déterminée à contribuer pleinement aux efforts déployés en ce sens par la communauté internationale, ainsi qu'elle l'a de nouveau souligné lors de la Conférence internationale sur les victimes de violences religieuses et ethniques au Moyen-Orient qui s'est tenue à Paris le 8 septembre 2015. 
L'UE estime que les intérêts des membres de minorités religieuses sont mieux servis si la protection de ceux-ci s'inscrit dans le cadre d'une approche globale. La liberté de religion ou de conviction, y compris la promotion et la protection des droits des personnes appartenant à des minorités religieuses, fait partie intégrante du mandat élargi confié au représentant spécial de l'UE pour les Droits de l'homme, M. Stavros Lambrinidis. Ce dernier, dans le cadre de ses relations avec les partenaires bilatéraux et des mécanismes multilatéraux et régionaux de défense des Droits de l'homme, met l'accent sur la promotion des grandes priorités de l'UE, au nombre desquelles figure la liberté de religion et de conviction.