Menu



Quand modernité et égalité veulent dire égalitarisme et nivellement...

Rédigé le Mardi 12 Juin 2018 à 16:54 | Lu 32 fois


Joëlle Bergeron, au nom du groupe ELDD.


On se demande pourquoi des systèmes éducatifs qui ont formé des générations entières de jeunes écoliers doivent être « modernisés », sauf si ce vocable cache des objectifs moins avouables. J’ai trop en mémoire les funestes réformes de l’enseignement dans mon pays pour ne pas me méfier du mot « modernité ». Il y a à peine deux ans, sous François Hollande, on a présenté comme « modernisation » une attaque en règle contre l’enseignement du latin et du grec ancien. Je crains que ce rapport soit animé du même esprit. Si modernité et égalité veulent dire égalitarisme et nivellement, tout notre enseignement en souffrira. Le rapporteur affirme que le droit à l’éducation implique la liberté de créer des établissements d’enseignement dans le respect des principes démocratiques, ainsi que le droit des parents de garantir l’éducation et l’enseignement de leurs enfants conformément à leurs convictions religieuses, philosophiques et pédagogiques. Si tel devait être le cas, la France serait amenée à abandonner son enseignement laïc et républicain. Ce ne serait pas une modernisation, ce serait une forfaiture.
Rapport Lybacka  sur la modernisation de l’éducation au sein de l’UE (A8 0173/2018)