Menu

Présidence de l'Union africaine

Rédigé le Mardi 10 Février 2015 à 09:34 | Lu 32 fois


Question avec demande de réponse écrite à la Commission - Article 130 du règlement
Joëlle Bergeron (EFDD)


Le vendredi 30 janvier, le dictateur zimbabwéen Robert Mugabe a été élu à la tête de l'Union africaine lors du sommet de cette dernière, qui s'est tenu à Addis-Abeba. Robert Mugabe est sous sanction de l'Union européenne depuis 2002 pour de graves atteintes aux Droits de l'homme dans son pays et pour corruption avérée.

L'Union africaine défend dans ses statuts la démocratie, la lutte contre la corruption et le renouvellement des élites dirigeantes en Afrique. Le Zimbabwe et son dictateur peuvent facilement être épinglés sur ces trois sujets. Aussi l'élection de Mugabe est-elle en flagrante contradiction avec les principes que l'Union africaine prétend défendre.

La Vice-présidente/Haute Représentante fera-t-elle savoir à l'ensemble des États africains membres de l'Union africaine qu'elle condamne fermement ce simulacre de démocratie? Quelle pression exercera‐t‐elle sur l'Union africaine pour qu'elle respecte ses principes de démocratie et de transparence?

Réponse donnée par Mme Mogherini, Vice-présidente/Haute Représentante, au nom de la Commission le 16 avril 2015
La nomination du président du Zimbabwe à la présidence de l'Union africaine pour 2015 est une décision prise par les États membres de l'Union africaine conformément aux règles de cette institution. L'Union européenne a pris acte de cette nomination sans faire de commentaire.
L'Union européenne insiste sur le fait que, quel que soit le pays à la tête de l'Union africaine, la démocratie, la bonne gouvernance et les Droits de l'homme demeurent une priorité de l'Union africaine, comme en témoigne la mise en œuvre de l'architecture africaine de la gouvernance, cadre politique et institutionnel global pour la promotion de la démocratie, de la gouvernance et des Droits de l'homme en Afrique. 
L'UE soutient fermement les institutions et les procédures de l'Union africaine qui visent à faire progresser les Droits de l'homme dans l'ensemble de l'Afrique et notamment à favoriser la ratification et la transposition des instruments de l'Union africaine relatifs aux Droits de l'homme. 
L'Union européenne considère les Droits de l'homme comme étant universels et indivisibles. Elle veille à les promouvoir et à les défendre activement à la fois à l'intérieur de ses frontières et dans ses relations avec les pays non membres de l'UE. Le Zimbabwe ne représente pas une exception.