Menu



La reductio ad Poutinum…

Rédigé le Vendredi 25 Novembre 2016 à 13:39 | Lu 53 fois


Joëlle Bergeron, au nom du groupe ELDD.


Il y a 62 ans, un premier projet d’union européenne de la défense fut rejeté par le vote des communistes et des gaullistes du Parlement de mon pays. Je le regrette amèrement car une défense européenne commune et indépendante reste un beau rêve dont il faut poursuivre la réalisation, eu égard aux menaces que nous devrons affronter dans l’avenir. Je salue donc la bonne volonté du rapporteur, même si je crains que nous ne devions pas nous faire d’illusions. Une UDE ne sera pas pour demain. Des guerres civiles dans le Balkan à la crise en Ukraine et jusqu’au conflit en Syrie aujourd’hui, les faits sont là : l’Europe ne réussit pas à parler d’une même voix. L’élection présidentielle américaine récente est là pour nous le rappeler et le premier tour de la primaire des Républicains en France aussi. Les deux élections ont vu le triomphe d’un candidat qui veut établir de meilleures relations avec la Russie. Fallait-il alors, fût-ce subrepticement, au détour d’une phrase, critiquer dans ce rapport la Russie ? Comme si la Russie serait le premier ennemi d’une Union européenne de la défense à venir.

Explication de Vote de Joëlle Bergeron sur le rapport Paet A8-0316 2016