Menu



L'indignation de l'Europe ne doit pas être sélective...

Rédigé le Mardi 3 Octobre 2017 à 16:37 | Lu 27 fois


Joëlle Bergeron, au nom du groupe ELDD.


J’ai voté en faveur du rapport de mon collègue Bütikofer, car j’estime que c’est une bonne chose d’approfondir nos relations avec l’Asie du Sud-Est. Mais faut-il pour autant, sur le plan politique, et sans être sûr de ne pas être victime de désinformations sur la situation réelle dans certains pays asiatiques, donner des leçons de morale alors que nous ferions mieux de balayer devant notre propre porte ?
Je m’explique. C’est une bonne chose que l’Europe s’émeuve de la tragédie des Rohingyas en Birmanie, mais, comme le dénonce avec force et justesse cette semaine Franz-Olivier Giesbert dans l’hebdomadaire Le Point, il faudrait tout aussi bien dénoncer le « deux poids deux mesures » que l’on constate si on compare l’indignation soulevée par la situation des Rohingyas avec l’indifférence que l’Europe manifeste depuis des années vis-à-vis des persécutions des chrétiens d’Orient. Ou comme le dit Giesbert : « Notre monde hémiplégique ne voit apparemment que d’un œil, son indignation est sélective ». Oui, nous devons soutenir les Rohingyas, mais n’oublions pas non plus de nous indigner devant le sort affreux fait aux chrétiens d’Orient.
Rapport Bütikofer (A8-0243/2017)



Inscription à la newsletter

L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31



Suivez-nous
Twitter
Facebook