Menu

Incarcération en Chine du prix Nobel Liu Xiaobo

Rédigé le Mardi 24 Février 2015 à 09:50 | Lu 32 fois


Question avec demande de réponse écrite à la Commission - Article 130 du règlement
Joëlle Bergeron (EFDD)


Dans une interview au Figaro du mercredi 18 février, l'écrivain chinois dissident Liao Yiwu, après s'en être entretenu avec la Chancelière allemande Angela Merkel, pointe la responsabilité occidentale dans le sort fait au prix Nobel de la paix chinois, Liu Xiaobo, condamné dans son pays à 11 ans de prison pour délit d'opinion, alors que sa femme est en résidence surveillée.

Tous les pays européens traitent avec la Chine qui est un partenaire commercial de premier ordre de l'Union européenne. Faut-il pour autant se taire sur les atteintes aux Droits de l'homme qui sont monnaie courante dans ce pays?

La haute représentante a-t-elle déjà évoqué le sort du prix Nobel de la paix avec les autorités chinoises?

Quelles démarches entreprendra-t-elle à ce sujet?

Réponse donnée par la Vice-présidente/Haute Représentante, Mme Mogherini au nom de la Commission le 28 avril 2015
L'Union n'hésite pas à soulever la question des Droits de l'homme en Chine, y compris les cas individuels. Lors du 33e dialogue UE-Chine sur les Droits de l'homme, qui s'est tenu à Bruxelles les 8 et 9 décembre 2014, un certain nombre de cas individuels ont été abordés dans le cadre des préoccupations spécifiques de l'UE dans ce domaine. Le cas de Liu Xiaobo a été abordé dans le contexte de l'exercice de la liberté d'expression. Qui plus est, durant la conférence de presse conjointe organisée le 8 décembre, la coprésidence de l'UE a également mentionné les noms de Liu Xiaobo, Ilham Tohti et Gao Yu. Lors de sa première visite en Chine, en septembre 2013, le RSUE Lambridinis a également évoqué des cas individuels.
Une deuxième visite en Chine du RSUE est en cours de préparation, de même que le prochain dialogue UE-Chine sur les Droits de l'homme.