Menu

Cybersécurité oui mais pas d'Etat policier

Rédigé le Mardi 12 Mars 2019 à 13:07 | Lu 2 fois


Joëlle Bergeron, députée ELDD.


La Commission veut modifier les règles existantes en matière de financement des partis politiques afin de prévoir la possibilité d’imposer des amendes aux partis qui utilisent de manière abusive les données personnelles des électeurs pour influencer les élections.
 
Il est en effet utile de s’intéresser à ces questions de la cybersécurité et de la protection des données personnelles des électeurs européens afin de garantir leur liberté de choix.
 
Toutefois, méfions-nous d’une approche trop systématique et coercitive envers les partis politiques européens et nationaux. Je crois qu’il ne faut pas tomber dans la caricature policière et du tout contrôle. Les nouvelles règles juridiques ne sont pas claires et pourraient aboutir à des violations de droits des partis politiques ou fondations européennes qui ne seraient pas considérés comme politiquement corrects ou euro compatibles.
 
Ainsi, la Commission veut créer un nouveau motif de sanctions financières au cas où le parti politique européen ou fondation tenterait d’influencer les élections européennes à venir. Le seul verbe de « tenter » est pour moi un danger. Qui sera juge de cela ?
 


Rapport Bresso, Wieland (A8-0435/208)
Protection des bases de données personnelles dans le contexte des élections européennes